Fécondation in vitro

Fécondation in vitro

13 janvier 2021 0 Par jean007

La fécondation in vitro (FIV) est une technique par laquelle la fécondation des ovocytes par le sperme a lieu en dehors du corps de la mère. La FIV est le principal traitement de l’infertilité lorsque d’autres méthodes de procréation assistée n’ont pas réussi.

La technique implique un contrôle hormonal du processus ovulatoire en extrayant un ou plusieurs ovocytes des ovaires maternels, pour leur permettre d’être fécondés par le sperme en milieu liquide. L’ovocyte fécondé (que certains appellent pré-embryon) peut ensuite être transféré dans l’utérus de la femme, car il continue à se développer dans l’utérus jusqu’à l’accouchement.

La FIV est indiquée en cas d’obstruction des trompes de Fallope, de facteur masculin modéré ou sévère, d’endométriose sévère, de facteur ovulatoire, de facteur immunitaire, d’échecs d’IAC ou d’ADI ou de stérilité non diagnostiquée.

fecondation-in-vitro

Pour effectuer une fécondation in vitro, les étapes suivantes sont nécessaires:

1. Stimulation ovarienne

Il consiste à stimuler la production et la maturation, par un traitement hormonal, de plusieurs ovules pour augmenter les chances de grossesse. Il est contrôlé par ultrasons. Dans certains cas, il peut également être envisagé de faire un cycle de FIV dans un cycle naturel (un seul œuf), sans traitement hormonal.

2. Ponction ovarienne

C’est la phase de récupération des œufs. Elle est réalisée après stimulation, et au moment opportun (déterminé par les témoins), les ovules sont prélevés par aspiration et échographie et sous sédation ou anesthésie locale.

3. Fécondation

C’est le processus par lequel les ovules matures et le sperme d’un échantillon de sperme du partenaire ou du donneur sont mis en contact dans le laboratoire. Ce processus peut être réalisé en utilisant deux techniques différentes:

  1. Fécondation in vitro conventionnelle : les ovules matures sont déposés dans une plaque de culture avec 100 000 spermatozoïdes en attendant que le processus de fécondation se déroule naturellement.
  2. ICSI (microinjection intracytoplastmique): un spermatozoïde est sélectionné morphologiquement au microscope et injecté dans le cytoplasme de l’ovule.

Dans les deux cas, les plaques seront conservées dans l’incubateur à 37 ° C et dans des conditions d’ humidité et de CO 2 appropriées. Le lendemain, on évalue si la fécondation a eu lieu ou non, et au cours des jours suivants l’évolution des embryons obtenus est évaluée en fonction des caractéristiques et de la capacité de développement.

4. Transfert d’embryons

Deux à trois jours après la fécondation, les embryons présentant le meilleur pronostic sont sélectionnés pour être transférés dans l’utérus de la femme. Ils sont déposés à l’intérieur de l’utérus à travers un cathéter très souple avec contrôle par ultrasons. C’est une procédure simple et rapide qui ne nécessite pas d’anesthésie.

5. Cryoconservation des embryons

Cette technique consiste à cryoconserver (congelés ou vitrifiés) les embryons qui évoluent favorablement et qui n’ont pas été transférés au premier cycle, afin d’être décongelés et transférés dans les cycles suivants.